Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Bouaye Avance

Navigation

AccueilLes dossiersDossiers › La maison Guerlain
Index de l'article
La maison Guerlain
Page 2
Page 3
Toutes les pages

La maison Guerlain : un projet de centre d’éducation à l’environnement sur le site de Grand Lieu

 

La Maison Guerlain située en limite du lac de Grand-Lieu, sur commune de Bouaye, a été cédée en 2000 à l’État, qui a souhaité la réhabiliter et la valoriser afin d’offrir au public un espace de découverte du lac et d’information sur ses enjeux environnementaux. Dans cette perspective, l’État a transféré, en 2005, les terrains au Conservatoire du littoral, qui a conduit les premières expertises relatives au projet de réhabilitation et de transformation de la Maison Guerlain. Celles-ci ont été exposées lors d’une réunion qui s’est tenue en avril 2007 entre les services de l’État, le conseil général  de la Loire-Atlantique et les élus. A l’issue de cette réunion il a été décidé de confier la maîtrise d’ouvrage de ce projet au conseil général de Loire-Atlantique. Centre d’éducation à l’environnement, la Maison Guerlain deviendra un site d’observation et de présentation des spécificités naturelles et environnementales du lac, aux portes de l’agglomération nantaise.

 

 

Bouaye, La maison Guerlain

 

 

Carte situant Grand-Lieu

Grand-Lieu, un milieu exceptionnel

 

Le lac de Grand-Lieu est le plus grand lac naturel de plaine en France. Il constitue un écosystème de renom international, proche de la métropole nantaise. La plus grande partie du lac (2 700 ha) est classée en réserve naturelle nationale qui figure désormais, par arrêté ministériel du 6 mai 2008, au titre des propriétés affectées au Conservatoire du littoral et des rivages lacustres. Le reste de l’espace lacustre (700 ha) est la propriété de la Fondation des Habitats et de la Faune Sauvage, géré en réserve de chasse par la Fédération Départementale des Chasseurs de Loire-Atlantique. Cette seconde partie est en voie de classement en réserve naturelle régionale.

Le site de la Maison Guerlain, au nord du lac, sur le territoire de la commune de Bouaye, n’est pas intégré dans le périmètre de la réserve naturelle mais figure toutefois au cœur d’un site classé et d’une zone Natura 2000.
Rappelons que la réserve nationale de Grand Lieu est gérée par la Société Nationale de Protection de la Nature (SNPN).

 

 

La Maison Guerlain : de la chasse à l’éducation à l’environnement

Vue de la fenêtre

En faisant l’acquisition, à la fin des années 1950, de la plus grande partie du lac de Grand Lieu, Jean-Pierre Guerlain a constitué une importante réserve de chasse aux gibiers d’eau. La construction du relais de chasse, situé directement sur la rive nord du lac, a été effectuée en 1960. Cette maison, construite sur une sorte de chaussée, est séparée de la zone agricole par le canal de l’Étier. Elle est par conséquent assez difficile d’accès. En 1980, par souci de protection de la nature, Jean-Pierre Guerlain a fait don à l’État de la plus grande partie du lac (sa propre réserve de chasse) pour qu’elle devienne réserve naturelle. Ce qui fut rendu effectif par le décret du 10 septembre 1980. Quelques années après la mort de Jean-Pierre Guerlain, le relais de chasse quant à lui fut cédé à l’État en 2000, par ses héritiers.

Il est alors apparu souhaitable de réhabiliter et de valoriser la maison Guerlain afin d’offrir au public un accès au lac, compte-tenu du faible nombre de points d’ouverture sur ce lac et du caractère exceptionnel de la maison Guerlain, de par sa situation, son histoire et la vue offerte.

En 2005, l’État a transféré les terrains au Conservatoire du littoral. Celui-ci, alors maître d’ouvrage du projet, a lancé une étude sur la faisabilité de la réhabilitation de la maison Guerlain, dont les premières conclusions ont été exposées lors du comité de pilotage du 16 avril 2007 réunissant les services de l’État, le Conseil général et les élus. Ces conclusions ont mis en évidence l’opportunité d’un tel projet, susceptible de répondre au souci de mettre à disposition d’un public sensibilisé un outil de compréhension et d’observation d’un milieu naturel sensible. Le préfet a alors sollicité le Conseil général de Loire-Atlantique pour conduire ce projet, eu égard à la connaissance et à l’expérience acquises par cette collectivité en matière d’espaces naturels.
Le Conseil général, ayant souhaité soutenir ce projet, va assurer la gestion du dispositif et en assurer la maîtrise d’ouvrage. Aujourd’hui, une première convention de délégation de maîtrise d’ouvrage va être rédigée entre le conservatoire et passée avec le Conseil général, lui confiant la pré-maîtrise d’œuvre, et lui donnant ainsi la compétence pour qu’il étudie la faisabilité du projet et qu’il lance une nouvelle étude.

L’arrêté portant affectation à titre définitif au Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres d’un ensemble immobilier domanial du lac de Grand-Lieu est intervenu le 6 mai 2008.
Situation de la maison Guerlain à Bouaye

 

 

Le lac de Grand-Lieu Le lac de Grand-Lieu

 

Les composantes du projet

 

Le projet consiste à créer, sur le site de la maison Guerlain, un lieu d’accueil et de découverte pour sensibiliser le public à la richesse écologique exceptionnelle que constitue le lac de Grand-Lieu. Il s’agit, autrement dit, d’aménager un espace qui soit un véritable outil pédagogique dédié à la compréhension et à l’éducation environnementales, destiné à orienter les publics vers un espace d'interprétation leur donnant à comprendre la richesse et la fragilité écologiques du site, afin d'éviter des utilisations anarchiques contribuant à la dégradation du site.
L’esquisse du projet telle qu’elle est présentée dans l’étude commandée en 2007 par le Conservatoire du Littoral distingue trois composantes spatiales principales :

1-    La Maison Guerlain, pour en faire un site d’observation et de présentation des spécificités naturelles et environnementales du lac. Il s’agit d’un bâti intégré dans le domaine du Conservatoire du littoral, d’une surface de plancher d’environ 300 m²
2-    L’ancienne subdivision de l’Équipement de Bouaye (tout ou partie de l’emprise d’environ 400 m² et 700 m² avec les garages), aujourd’hui propriété du Conseil général, pour y proposer un accueil pédagogique, un centre de ressources et un accueil technique (stationnement des véhicules).  
3-    Un cheminement écologique de plein air entre ces deux ensembles (700 mètres linéaires). Il s’agit également d’un ensemble foncier intégré dans le domaine du Conservatoire du littoral.
Plan du site


L’accueil du public se fera donc sur le site de l’ancienne subdivision tandis que le parc de stationnement sera implanté sur une parcelle attenante. A partir de ce point d’accueil, les visiteurs devront emprunter le cheminement écologique à caractère piétonnier pour rejoindre la Maison Guerlain, par une passerelle qui enjambera le canal de l’Etier, au droit de la Maison. L’accès à la Maison, située elle à proximité immédiate de la réserve naturelle, sera particulièrement étudié en terme de fréquentation. A titre secondaire, on envisagera de connecter le projet à un réseau de cheminements annexes tant en direction des divers points du vue situés en bordure du lac qu’en direction du bourg de Bouaye ou de la gare SNCF.

L’Etat souhaite que la maison Guerlain puisse devenir un lieu d’accueil et d’information du public autour du lac de Grand-Lieu, tout en veillant  à la préservation de cet espace sensible. Le projet de réhabilitation doit avoir ainsi une portée pédagogique : il doit devenir un lieu de découverte du lac ouvert au public, tout en évitant des intrusions trop fortes dans cet espace sensible. C’est pourquoi, il doit exister un souci de valorisation et de mise en réseau des différents points d’accès existants dans les différentes communes riveraines comme l’abri-observatoire mobile de la faune porté par la fédération départementale des chasseurs de la Loire-Atlantique et situé sur le territoire de la commune de Saint-Philbert de Grand Lieu.

Réunis en session le 20 octobre 2008, les conseillers généraux de Loire-Atlantique ont décidé à l’unanimité le principe de lancer ce projet, qui se développera donc sous l’égide du Département. Ce projet s’inscrit en effet dans le cadre de la politique publique volontariste que mène le Conseil général en faveur des espaces naturels et plus généralement en faveur de la protection de l’environnement. Il est également inscrit au Programme départemental des actions solidaires pour le développement durable (Agenda 21) en vue de responsabiliser les jeunes pour un monde durable.

Le calendrier prévisionnel


Octobre 2008 : décision d’autorisation de principe donnée par l’assemblée départementale

Janvier 2009 : début de l’étude globale de programmation/scénographie qui définira le contenu précis du projet ainsi que son plan de financement

Octobre 2009 : décision d’approbation du programme et dépôt du dossier de demande d’autorisation auprès du ministre
Janvier 2010 : choix d’un maître d’œuvre
Octobre 2010 : permis de construire et autorisations
2011 : travaux


 

 

Tableau du lac

 

 

Les acteurs du projet

 

Pour mener à bien cette mission, le Conseil général a élaboré un projet où interviennent à des titres divers des instances décisionnelles ou consultatives.

Le Comité stratégique

Il s’agit du groupe appelé à orienter les prises de décision et à effectuer des arbitrages sur des propositions qui lui sont faites. Il est composé de :

-    Monsieur le Président du Conseil général, représenté par Mme F. Verchère, vice-présidente déléguée à l’environnement,
-    Monsieur le Préfet ou son représentant  
-    Monsieur le Délégué du Conservatoire du littoral
-    Monsieur le Maire de la commune de Bouaye
-    Monsieur le Président de la Société Nationale de Protection de la Nature, gestionnaire de la réserve naturelle nationale de Grand Lieu.

L’assemblée générale des acteurs de Grand Lieu

Il s’agit de l’assemblée de gouvernance du projet qui s’exprime dans un espace de débat, d’information et de participation, composée des membres suivants : conseillers généraux des cantons concernés, maires des communes riveraines du lac, présidents des établissements publics de coopération intercommunale, services de l’Etat, professionnels, représentants des usagers du lac, responsables d’associations environnementales…

Le groupe des experts
Il s’agit d’un groupe à vocation d’expertise et scientifique appelés à donner des avis sur le contenu scientifique, pédagogique et scénographique du projet.  Ses membres sont issus du champ des sciences naturalistes et des sciences humaines.

Les autres acteurs de la démarche projet

En outre, le projet lui-même est conduit par un chargé de mission du Conseil général qui anime les différentes phases du projet et coordonne l’action des services départementaux (direction de l’environnement, service construction, direction de la citoyenneté et de l’information...). Tenant compte enfin du caractère sensible du secteur sur lequel va se développer le projet, il importe de conduire ce projet en réel partenariat avec les services de l’État qui auront à instruire, tant au niveau déconcentré qu’au niveau ministériel, les autorisations administratives de ce dossier.
Les acteurs

La gouvernance du projet

 

Cette gouvernance qui apparaît essentielle dans la conduite des opérations s’opère à trois niveaux différents.

1er niveau : les opérateurs

Le montage du projet repose en premier lieu sur le partenariat étroit entre le Conseil général, l’Etat et son établissement public, le Conservatoire du littoral et des rivages lacustres. Partenariat qui s’exerce d’ailleurs depuis plusieurs années à propos des espaces naturels sensibles qui sont, selon un principe bien établi, acquis par le Conservatoire et géré par la collectivité. La Maison Guerlain étant inscrite dans le domaine du Conservatoire, il reviendra à ce dernier de confier une maîtrise d’ouvrage déléguée au Département.
L’ensemble des services de l’Etat concernés (la DIREN, la DDE, la DDAF et Architecte des Bâtiments de France) sont également mobilisés pour la réussite de ce projet.

2e niveau : un réseau d’animations locales  au service de la connaissance de Grand Lieu

Le projet de la Maison Guerlain, qui porte une ambition affirmée en matière de respect et de protection de l’environnement, ne manquera pas de promouvoir un élan en faveur d’une connaissance générale des spécificités de Grand Lieu, qu’il s’agisse des sciences humaines, des sciences de l’observation ou des mythes attachés à ce secteur.
Un réseau d’animations pourrait donc se mettre en place à partir des sites tels que ceux de l’Etier, de Pierre-Aigüe, de Pont-Saint-martin, de Passay, ou encore de l’abbatiale de Saint-Philbert, des marais de Saint-Lumine ou de Saint-Mars… Chacun de ces sites pouvant offrir une animation spécifique et complémentaire. Le projet Guerlain doit susciter des opérations de ce type et c’est en ce sens que travaille le groupe des experts.

3e niveau : l’assemblée générale des acteurs de Grand Lieu

Considérant le caractère sensible du milieu de Grand Lieu, il importe que tous les acteurs de ce territoire soient interpellés par ce projet sinon impliqués. C’est la raison pour laquelle il a été décidé de mettre en place cette instance de manière à communiquer sur le projet, à tenir compte des attentes de la population, à faire œuvre de transparence. Une « newsletter » présentant l’avancée du projet constituera le lien entre le comité stratégique du projet et les acteurs locaux. Cette assemblée des acteurs qui s’est réunie pour la première fois en mai 2008 a montré un enthousiasme certain pour le projet. Il convient maintenant de nourrir cet espoir. Construire ce projet en phase avec les citoyens apparaît ainsi comme le gage d’une véritable éthique de l’action publique.

Le lancement du projet « maison Guerlain » intervient à un moment où l’Etat entend donner une nouvelle dynamique à la gestion du lac et renouveler ses outils de pilotage :

•    Le nouveau directeur de la réserve naturelle du lac de Grand-Lieu sera nommé en janvier prochain.
•    Un nouvel arrêté de composition du conseil scientifique et de son président interviendra en décembre prochain. Ils sont chargés de fournir toute l’information nécessaire sur les conditions scientifiques de la sauvegarde du lac et sur la mise en œuvre des grands objectifs de conservation de la biodiversité et de gestion patrimoniale attachés à cet espace naturel.
•    Le comité consultatif va également être reconstitué en décembre prochain, le mandat de ses membres étant arrivé à échéance.
•    Le plan de gestion de la réserve proposé par la SNPN et travaillé avec les services de l’Etat va être examiné par le CSRPN lors de sa prochaine réunion du 5 décembre 2008.